Facebook Twitter Google plus

N° 18

Repères

 

Abdelkébir Khatibi

          - Qui es-tu ? Dit le second.
          - Je suis toi, répondit l’autre.
          - Alors, entre, ô moi-même !

                                 

 

 

 

Le 16 mars 2009 nous quittait, à l’âge de 71 ans, l’écrivain et penseur marocain Abdelkébir Khatibi, auteur d’une œuvre dense et multiforme.

Poésie, récit, roman à thèse, essai toutes disciplines confondues (théorie du langage, critique littéraire, sociologie, politique, arts…), l’auteur de La Mémoire tatouée aura investi tous les champs de l’écriture et du savoir, non sans avoir apporté une pierre conséquente à l’édifice.

Un cheminement dans l’arborescence de la "pensée autre" : l’identité/altérité - tout le monde chérit l'identité tout le monde cherche l'origine
et moi j'enseigne le savoir orphelin
la bi-langue le lieu de notre parole et de notre discours est un lieu duel par notre situation bilingue – la mystique du signe - chaque signe se perpétue fraîcheur incontournable l’aimance - J’appelle aimance cette autre langue d’amour qui affirme une affinité plus active entre les êtres, qui puisse donner forme à leur désir et à leur affection mutuelle, en son inachèvement même. Je pense qu’une telle affinité peut libérer entre les aimants un certain espace inhibé de leur jouissance. En cela, elle réclame le droit à l’art et à la pensée dans l’univers si complexe et si paradoxal des sentiments. C’est donc un art de vie, telle qu’elle est et telle qu’elle advient…

Un cheminement transversal de plus de quarante ans, et autant de ponts jetés, d’interférences avec l’œuvre des contemporains (R. Barthes, M. Blanchot, J. Derrida…), quand ce n’est pas avec celle des anciens, les illustres mystiques de la tradition arabo-musulmane, Al Hallaj et Ibn Arabi notamment.

"Un cheminement vers le Poème", dirait-il.

 

Aziz Zaâmoune